par L'équipe Circle le 22 Avril 2021

La précommande : mirage marketing ou solution responsable réelle ?

par L'équipe Circle le 22 Avril 2021

La précommande : mirage marketing ou solution responsable réelle ?

À une époque où la pré-commande semble être le mot à la mode pour les jeunes marques engagées (et pas que), nous pensons que le moment est venu de partager notre vision de ce sujet chez Circle.


Pourquoi avons-nous fait le choix de ce modèle de distribution pour une partie de nos vêtements ? On vous explique tout !

1. Une vision singulière de la mode

Le principe de la précommande est tout d’abord directement lié à l’offre que nous avons voulu construire à travers le projet Circle.


Nous ne fonctionnons pas en collection, contrairement à ce qu’on pourrait habituellement imaginer pour une marque de mode.


En réalité, nous travaillons à développer des assortiments de pièces spécifiques, répondant à un besoin de fonctionnalité... et de beau !


Ainsi les premiers mois de recherche pour la marque nous ont-ils amenés à conceptualiser nos pièces en tenue complète du sportif : un équipement pour toutes les saisons et tous les terrains de jeu pour lui permettre de pratiquer son sport dans les meilleures conditions, et avec style bien sûr.

Nous avons abordé la production de nos produits en les considérant comme des “Essentiels”, à la fois pratiques et esthétiques.


Forcément, cette approche a rapidement contribué à définir notre jeune identité de marque : “nos vêtements sont produits pour rester”. Pas dans la nature pendant des siècles, à l’air libre, mais sur vos épaules !


Qu’il s’agisse des coupes, des couleurs ou autres déclinaisons (les prints par exemple), nos capsules ou encore éditions « limitées » ne seront jamais enfermées dans des modes passagères.


2. Concrétiser cette vision singulière

Après que notre équipe ait choisi de revendiquer cette manière de voir un vêtement, et son usage, il fallait réfléchir à « comment rendre cette vision possible... et viable ? »


À ce stade, Circle - comme d’autres jeunes marques - a fait face à plusieurs questions clés pour la suite de son aventure :


« Comment financer la production de nos produits, sachant que la matière première se paie en général 3 à 4 mois avant la mise en vente des produits au client final et que la fabrication se paie également en général entre 1 et 2 mois en amont de la commercialisation ? »


« Comment allons-nous sécuriser la prise de risque financière de nos nouveaux produits en étant sûrs que nous allons répondre à l’attente de nos clients ? Comment s’assurer de ne pas surproduire ? »


« Comment allons-nous tenir nos engagements pour une production plus raisonnée ? »


« Comment proposer un prix qui soit le plus juste possible sans inclure de marge supplémentaire pour anticiper de possibles soldes ? »

C’est face à ces enjeux que le modèle de précommande s’est présenté comme une solution, et ce pour une raison simple de premier abord : la précommande nous permettait en amont de partager à notre communauté les projets qu’on souhaitait développer, et ensuite de financer ces projets par notre jeune communauté pour que celui-ci prenne vie !


On l’imagine donc très bien : la précommande est un formidable modèle économique pour les petites entreprises. Elle sécurise financièrement les projets lancés, enlève l’angoisse d’investir sans garantie... et favorise en plus une production adaptée à la demande réelle.


Pour Circle, la précommande des vêtements de sport a donc été autant une solution de développement de nos projets que de gestion de nos productions pour éviter le gaspillage de ressources allouées.


3. Un nouveau rapport au temps

La précommande exige du temps : c’est un processus. Et ce processus a aussi joué pour Circle Sportswear.


En effet, le temps que la précommande nécessite laisse la part belle à la conception et à la confection des vêtements : nos produits peuvent donc prendre vie dans le temps de la réflexion et de la préparation.


Ce même temps long, du côté des consommateurs, oblige aussi à de nouveaux comportements. Celui de l’attente, qui au bout de quelques mois se transforme en patience, puis en art de vivre !


Habituer les consommateurs à être à nouveau patients et attentifs au processus de création de quelque chose qu’ils attendent, c’est s’assurer qu’une nouvelle mentalité plus saine et plus durable s’installe dans ce cycle économique de la  « consommation ».


La consommation devient « usage », et non plus « passe-temps ».


Un consommateur qui a attendu son vêtement de sport pendant longtemps va considérer sa commande comme un objet précieux, rare. Il va en prendre soin une fois celle-ci reçue, et fera en sorte de conserver son vêtement dans un état durable. Autant de comportements qui favorisent une nouvelle relation à l’achat, bénéfique pour soi et pour la planète.


La réalité est qu’un vêtement de sport ne se fait pas en un claquement de doigts ! De même qu’il faut du temps à une carotte pour développer ses racines, son goût et sa chair, il en est de même pour nos créations.


Vous vous méfiez de cette barquette de viande à 50 centimes dans un rayon de supermarché ? Faites-en de même pour un legging de yoga, ou T-shirt de sport vendu 4,99 €...


Chez Circle, comme chez toute marque qui prend soin de sa production, il nous faut du temps pour faire mûrir la saveur de nos vêtements de sport, leur performance, leur style. Nous voulons être sûrs que ces vêtements seront produits dans les meilleures conditions et avec les solutions que l’on aura estimées comme les moins impactantes possibles, pour nous et pour la planète.


D’ailleurs, les mots aussi doivent garder du sens ! Chez Circle on ne parlera donc pas de slow production mais seulement de « production » : ce temps long est la normalité, pas la tare. L’attente est le bon sens, pas l’obstacle.


Bref : faire les choses bien prend du temps !

4. Et les soldes alors ?

Solder, c’est reconsidérer la valeur d’un vêtement en assumant que son prix ne soit qu’une variable purement économique.


Or nous sommes persuadés qu’un produit doit avoir non pas un prix « intéressant », mais un prix juste, et ce dès le départ de sa disponibilité à l’achat.


Un vêtement de sport au prix juste ne doit pas être soldé : ce vêtement est tel qu’il est, utile et beau en même temps, sans date de péremption.